La directrice

Stanislava Nankova

De Dobrich, en Bulgarie, au Brassus, en passant par Genève, la route est longue ! Ce chemin, bordé par les eaux successives de la Mer Noire, du Léman et du Lac de Joux, Stanislava Nankova, notre cheffe, aujourd’hui Suissesse d’adoption, l’a parcouru au nom de cette musique qui l’habite et la fait vivre. L’arrivée au Brassus ? Peut-être l’empreinte de ce père ténor, et membre d’un chœur d’hommes, qui ne vivra malheureusement pas assez longtemps pour voir sa fille diriger…

Mais reprenons les étapes de cette riche carrière : naissance à Dobrich, où Stanislava étudie le piano et l’accordéon au Conservatoire de sa ville natale, avant d’obtenir son diplôme de maître de musique dans un autre Conservatoire, celui de l’une des plus anciennes villes d’Europe, Plovdiv.
Ses études achevées, elle travaille à Dobrich comme professeur de musique et directrice adjointe d’un chœur de femmes, lauréat de nombreux prix internationaux. Stanislava fonde alors un ensemble vocal de dix chanteurs.

Sa passion pour le chant choral lui donne ensuite le courage, en 1999, de quitter son pays pour venir à Genève. Objectif ? Etudier la direction chorale au Conservatoire de musique dans la classe d’un certain Michel Corboz. Une collaboration qui porte ses fruits : Stanislava obtient son diplôme de chef de chœur en 2002 puis, en 2007, un diplôme d’enseignement de la théorie, avec un travail de mémoire sur le chant byzantin. De 2008 à 2010, elle occupe un poste d’assistante au Conservatoire de Musique de Genève, avec un projet de recherche inter académique, toujours sur le chant byzantin. Ce chant liturgique traditionnel de l’Eglise orthodoxe, qui a longtemps symbolisé la résistance à l’envahisseur ottoman…

Une musicienne ne cesse jamais de se former : en 2013, Stanislava décroche encore un Master en Musicologie à l’Université de Genève. Là voilà qui gagne encore Londres pour se perfectionner en direction d’orchestre auprès de Peter Broadbent.

Outre la Chorale du Brassus, dont elle a pris la direction en septembre 2015, Stanislava Nankova dirige deux autres chœurs : le Liederkranz-Concordia au répertoire lyrique et le Chœur de la Madeleine, au répertoire d’œuvres sacrées. Sous sa houlette, des Suisses alémaniques, des Italiens et…des Combiers ! Comment comprendre qu’une musicienne au parcours si riche trouve du plaisir à travailler avec des chanteurs amateurs ? « Le travail avec les amateurs est beaucoup plus gratifiant qu’avec les pros, dit-elle. Il conduit à un échange émotionnel d’une autre nature ! ». Les choristes du Brassus peuvent témoigner de la force de ce partage…